(Re)découvrir le ballon rond

(Re)découvrir le ballon rond

Tevarak Phanduang via Unsplash

Au Royaume-Uni, les adeptes du walking football se comptent désormais par milliers.

Des tournois sont organisés non seulement au pays d’Elizabeth II, mais également au Portugal, en France, en Espagne et même en Australie. Pas mal pour un sport qui a pris son essor auprès des personnes âgées il y a moins de 10 ans!

Un ensemble de règles encadre cette version du soccer au ralenti et sans contact repensée pour des joueurs de 50 ans et plus – même ceux qui n’ont encore jamais touché à un ballon rond! –, à commencer par l’interdiction formelle de courir. D’ailleurs, l’arbitre siffle à la moindre accélération! Comme pour la marche olympique, les joueurs doivent toujours avoir un pied au sol.

Autre différence avec le soccer à 11 qu’on connaît: chaque équipe délègue cinq joueurs sur le terrain, en plus d’un gardien de but. C’est plus lent, mais pas dépourvu d’intérêt pour autant, comme en a témoigné un joueur australien, Philip Taylor, sur les ondes d’ABC Australie: «Ça veut dire que nous pouvons tous jouer et c’est beaucoup mieux que de rester assis à la maison à ne rien faire!»

S’il n’y a toujours pas de ligue de walking football à Montréal, le sport connaît une percée certaine au pays: on compte notamment des équipes à Toronto et à Oakville, en Ontario.