Marcher même en hiver!

Marcher même en hiver!

Bonnie Kittle via Unsplash

Se balader est l'une des meilleures façons de se tenir en forme. Par contre, pour que notre vivifiante marche hivernale se fasse sans risques, on joue de prudence. Voici comment. 

Noirceur vite tombée, neige, pluie verglaçante, trottoirs glissants… Pourtant, les conditions hivernales moins engageantes ne devraient pas nous empêcher de sortir, à condition de bien choisir notre moment pour notre séance de marche. Consulter les prévisions météo avant de partir pourra déjà nous éviter de mauvaises surprises. Et, puisqu'on ne veut surtout pas tomber dès qu'on met le pied dehors, on veille aussi à ce que l'entrée, l'escalier et le trottoir devant notre maison soient dégagés. Et on avise la municipalité si les trottoirs sont glissants. 

Le mieux? Porter des bottes chaudes, imperméables, confortables, dotées de semelles antidérapantes. Des crampons faciliteront la marche sur les surfaces gelées. Il faudra toutefois enlever ces derniers avant de marcher à l'intérieur, à moins qu'ils ne soient rabattables et intégrés à la semelle de nos bottes. Une longue plaque de glace sur le trottoir? On s'arrête – si possible, on s'assied – et on les dégage «à l'aide de la clé fournie à cet effet, qui permet de ne pas se salir les doigts», explique Marie-Hélène Marchand, directrice de marque pour Olang, qui propose des bottes munies de ce type de crampons.

La prudence exige aussi de bien regarder où on met les pieds et de trouver une façon sécuritaire de se déplacer sur les sols gelés. Il faut d'abord ralentir la cadence: une glissade incontrôlable est vite arrivée. Selon le Conseil canadien de la sécurité, afin de maintenir notre stabilité, on doit poser le pied entier sur le sol et détendre nos genoux, même si on fait de petits pas tout en rasant le sol. Il est aussi recommandé de choisir autant que possible un parcours plat et de marcher le jour ou dans des rues bien éclairées.

Au chaud

Que l'on marche en ville ou à la campagne, il est essentiel de s'habiller chaudement des pieds à la tête, insiste Nicole Blondeau, coordonnatrice à Rando Québec (autrefois Fédération québécoise de la marche) et grande marcheuse: «Il est préférable d'adopter le système multicouches ou "pelures d'oignon", qui évite de nous faire transpirer.» On enfile d'abord un tricot léger, puis une veste polaire, puis un coupe-vent. Comme les extrémités ont tendance à geler en premier, on choisit des bas de laine qui «respirent», une tuque, des mitaines ou des gants chauds, sans oublier le foulard pour protéger le cou et le visage quand il vente. Un truc pour se sentir encore plus au chaud? Glisser des sachets chauffants dans nos bottes et nos mitaines. Et on opte pour des vêtements de couleurs vives, facilement repérables par les automobilistes.

«Les 50 ans et plus sont en forme et ont le goût de bouger, affirme Nicole Blondeau. Mais avec l'âge, on n'a plus envie de transporter de l’équipement, cela explique sans doute pourquoi la marche hivernale, facile à pratiquer, est une activité aussi populaire.» Pour une randonnée, qu’elle soit d'une heure ou d'une journée, les lieux sécuritaires ne manquent pas. «Les parcs régionaux du réseau de la Sépaq sont des destinations à privilégier, avec leurs sentiers damés sans abrasifs et leur cadre enchanteur. Mais peu importe où l'on choisit de marcher, il faut s'assurer que les sentiers soient balisés.» 

En matière d'équipement, l'eau est aussi essentielle. «Plus on s'hydrate, mieux on résiste au froid!» Des bâtons de marche permettront de se balader plus longtemps sans se fatiguer: quatre jambes valent mieux que deux! Il est aussi recommandé de bien s'alimenter avant de partir et d'apporter une collation. 

Dernier point, notre plaisir sera multiplié si on marche en bonne compagnie. «Et c'est une excellente activité intergénérationnelle! Une bonne bataille de boules de neige avec les petits-enfants fait toujours rajeunir!»



5

Commentaires

Baton de marche

Tres bon article. Est ce que les bâtons de marche c'est juste dans le bois ou aussi sur les trotoirs?

marcher en ville

demeurant sur le boul. le Carrefour, on peut marcher jusqu'au Centre D'Achats. Plusieurs tours d'habitations se trouvent sur cette rue, habitées par des séniors. Or la ville n'entretient pas le trottoir. De plus, les nombreux édifices signifient beaucoup d'entrées de garages, donc de dénivellations allant en pente vers la rue. Quand c'est glacé, c'est terrifiant, surtout pour une personne sénior qui peut encourir un bris de hanche lors d'une chute. La ville de Laval ne comprend-elle pas qu'elle tient ces milliers de séniors en otage à chaque hiver? Dommage. Le tronçon entre le boul Chomedey et le Carrefour Laval n'est pourtant pas long. Une petite pensée pour nous, Monsieur le Maire? Merci.

MARCHER EN HIVER

TRES JOLI ARTICLE

Une pensée pour le chien...

Sur la photo on voit un chien qui accompagne son maître. Alors pourquoi ne pas aborder également la nécessité de protéger son chien contre le froid? Ça aurait été une belle occasion de sensibiliser les gens à la réalité qu'un chien peut avoir froid au corps et aux pattes.

Marcher

Tres bon article
J'ai toujours marche à tous les jours, seule ou avec mon chien, cela me permet d'admirer la,nature, de relaxer au son du chant des oiseaux, de sentir la chaleur du soleil sur mon visage et de me gârder en forme.
Je dois avouer que lorsqu'il y a du verglas je me garde une petite gêne par sécurité.