Les bienfaits du yoga

Les bienfaits du yoga

iStockphoto.com

Né en Inde il y a 5 000 ans, le yoga est bien loin de n’être qu’une affaire de prouesses et de contorsions physiques, comme certains le pensent encore. La pratique du yoga touche à d’autres dimensions, comme l’harmonisation en douceur du mouvement et du souffle, ce qui permet d’affiner les sens et de s’ancrer davantage dans le moment présent. Il aide ainsi à atteindre un état de paix intérieure. Rien de moins! 

En sanskrit, le terme «yug» signifie «union»: union entre le corps, l’âme et l’esprit. C’est dans cette langue, aussi ancienne que le latin et le grec, que les principaux fondements du yoga ont été rédigés par le sage Indien Patanjali, au IIe siècle avant Jésus-Christ. Son ouvrage, Yoga-Sutras, continue d’inspirer les yogis du monde entier. 

La tradition décline le yoga en huit étapes joliment nommées «les huit pétales du yoga». Elles intègrent postures, exercices de respiration et de concentration, méditation, service aux autres et discipline de vie dans le but d’atteindre le huitième palier, le «samadhi», l’état de calme parfait, la plénitude totale! Mais ce qui est un engagement de toute une vie pour un yogi devient, pour quiconque cherche l’équilibre, un gage de meilleure santé physique, mentale et spirituelle. Bref, un art de vivre à adopter. 

Dans les années 1960, grâce à la venue de grands maîtres, la popularité du yoga a littéralement explosé en Occident. Comme dit un sage hindou dans le film Planète yoga: «Le yoga est le cadeau que l’Inde offre au monde.» Dans notre société matérialiste, c’est un excellent moyen de ralentir, de s’arrêter et de respirer. Car l’un de ses grands principes, rappelons-nous, est de vivre le plus pleinement possible l’instant présent, dans un état de totale conscience. 

Il existe différentes formes de yoga, mais la plus répandue en Occident est le yoga postural, dit hatha-yoga. 

Traditionnel et apaisant: le hatha-yoga 

Le terme «hatha» est formé du mot «ha», le soleil, l’énergie positive, et de «tha», la lune, l’énergie négative. Le hatha-yoga vise à atteindre l’équilibre entre ces deux énergies animant tout l’univers. Constitué des cinq premiers «pétales» du yoga, il intègre à la fois le travail corporel par les postures nommées «ãsanas» en sanskrit, ainsi que la respiration, la relaxation et la méditation. Sa pratique vise à discipliner l’esprit et à garder le corps dans un état de santé optimal. C’est un yoga qui convient à tous. 

Les postures (ou ãsanas) 

Il existe de très nombreuses postures en yoga. Mais une vingtaine d’entre elles suffisent à maintenir une bonne santé. Ces postures, aux noms aussi évocateurs que l’arbre, la charrue, l’arc ou le cobra, présentent des mouvements d’extension, de flexion et de torsion qui renforcent le corps tout en améliorant la souplesse et la stabilité. Elles favorisent aussi l’étirement de la colonne vertébrale qui se compresse au fil des ans, améliorent sa flexibilité et défont les noeuds de tension entre les disques et les nerfs, aidant ainsi à soulager certains maux du dos. En plus d’améliorer le maintien et de préserver la structure osseuse, les postures agissent sur les articulations, les nerfs, les muscles et les organes internes. Le système digestif s’en trouve stimulé et la circulation sanguine améliorée. 

Mais il ne suffit pas de réussir parfaitement une posture. Il faut aussi l’exécuter en ayant pleinement conscience de son corps et en prenant le temps de bien respirer. «Chaque posture revêt quelque chose de l’ordre du sacré… on ne “prend pas une posture” mais l’on “habite une posture”… Celle-ci peut être esthétiquement parfaite, mais sans la conscience ni l’attention au souffle, elle est vide de sens», peut-on lire dans Mon année Yoga. L’attention, à travers chaque exercice, est orientée vers l’expérience et le ressenti, qui demande d’être à l’écoute de soi et de son corps. Le fait de tenir une posture pendant un certain temps entraîne l'esprit à la persévérance et à la concentration. Et en prenant le temps de bien respirer pendant et entre les poses, on s’assure de faire circuler l’énergie vitale. 

La respiration (ou prãnãyãma) 

C’est à travers la respiration que nous nous relions à cette énergie vitale appelée «prãna» en Inde. Le prãnãyãma, ou la discipline du souffle – «yãma» signifiant «maîtrise» –, est l’un des aspects les plus importants du yoga. La plupart d’entre nous n’utilisent que le tiers de leur capacité pulmonaire. En yoga, on inspire et expire par le nez au rythme des postures, ce qui favorise l’expansion des poumons et l’élasticité de la cage thoracique. La respiration, profonde et lente, procure un sentiment de détente, une énergie accrue et une meilleure concentration. C’est également un excellent antidote contre le stress et les problèmes de sommeil. On s’adonnera aussi à des exercices spécifiques : inspirer selon un rythme défini, par à-coups, ou en alternant d’une narine à l’autre. Ces exercices purifient les canaux d’énergie tout en apportant un grand sentiment d’apaisement. 

La relaxation (ou savãsana) 

Le seul fait d’étirer le corps provoque immédiatement un sentiment de relaxation à la fois physique et mental. Après les contractions, les muscles se relâchent et les tensions corporelles se dissipent, tandis que le mental s’apaise. On ne pense à rien d’autre qu’à goûter et observer l’état de détente intérieure. La conscience est alors centrée sur le moment présent et ne se laisse plus atteindre par les préoccupations du quotidien. Une séance se termine toujours par la position dite «savãsana», qui se traduit littéralement par posture du cadavre. Elle s'effectue sur le dos, les jambes et les bras légèrement écartés et les yeux fermés. Moment de détente pendant lequel le corps assimile et intègre les bienfaits de la pratique. Cette relaxation profonde et consciente permet à tout l’organisme de se régénérer et de faire le plein d’énergie. 

La méditation (ou dhyãna) et pensée positive (ou vedãnta) 

Selon la tradition, les exercices qui précèdent préparent à la méditation. Cet état silencieux dispose l’esprit à faire le vide et à concentrer l’énergie. «Il s’agira de faire “taire” le mental pour que le corps, le souffle et l’esprit se confondent en un seul “état d’être”» (Mon année Yoga). Cet état amène tout naturellement à « lâcher prise » et à prendre contact avec la personne que nous sommes au plus profond. C’est une disposition idéale pour s’exercer à la visualisation, les images, les sensations et les souvenirs nous ouvrant à une impression de paix, d’amour et d’harmonie. La méditation favorise le calme, libère le stress, régule les émotions, renforce la volonté et l’équilibre psychique. 

Pratiqué régulièrement, le yoga a des effets bénéfiques sur les plans physique, psychologique et spirituel. Son effet thérapeutique se traduit par un mieux-être général et une plus grande vitalité. 

Lequel choisir? 

Certains types de yoga sont particulièrement énergiques – ashtanga, vinyasa et power yoga –, d’autres sont particulièrement exigeants – Iyengar et bikram. Le hatha-yoga est le plus doux. On commence évidemment par s’inscrire à une classe pour débutants. Un bonne idée: demander à assister, en tant qu’observateur, à un cours. Les personnes qui se sont mises au yoga à 60 ans et plus sont fort nombreuses! 

À quel rythme? 

  • Une pratique régulière s’impose si l'on veut retirer tous les bienfaits du yoga. Une séance dure en général entre une heure et une heure trente, et les cours sont le plus souvent donnés à des groupes. On recommande de suivre un minimum de deux séances par semaine. Il est possible de pratiquer le yoga seul – à raison de courtes séances quotidiennes de 20 à 30 minutes –, mais on suggère de ne le faire qu’après avoir été initié par un professionnel. Il est important d’être à l’écoute de son corps et de ne jamais forcer durant un exercice. Si une douleur surgit, on fait une pause. 
  • On s’abstient de manger et de consommer café et boissons énergisantes au moins deux heures avant le début d’un cours. 
  • Certaines postures sont déconseillées aux personnes ayant un problème de hanche, de dos, de cervicales ou de pression artérielle. Le yoga n’est pas recommandé non plus aux personnes souffrant d’épilepsie, de sclérose en plaques, de glaucome ou ayant subi une intervention chirurgicale récemment. Consultez votre médecin avant de vous y mettre. 

Références 

  • Planète yoga, un film de Carlos Ferrand sur l’engouement de l’Occident pour le yoga, produit par InformAction et Radio-Canada, Québec, 2011. 
  • Mon année Yoga, par Béatrice Bürgi et Sandrine Cossé, 52 séances et 250 postures de yoga, Mango Bien-être, 2012. 
  • Yoga tout - Le yoga des aînés, par Carole Morency, DVD inclus, Les Éditions de l’Homme, 2011. www. yogatout.com. L’auteure propose une liste de professeurs. 

Autres 

  • Site de la Fédération francophone de yoga: renseignements variés, répertoire d’écoles et de professeurs. www.federationyoga.qc.ca 
  • Site du magazine américain Yoga Journal: rassemble une foule d’informations. www.yogajournal.com 
  • Un nouveau site québécois: www.monyogavirtuel.com Première communauté de yoga virtuel; cours en ligne pour tous niveaux; plein d’autres informations. 

Vous avez un iPad? 

  • L’application en français Yoga Touten- Un: 300 asanas et les leçons du yoga propose plus de 300 postures et exercices avec photos et vidéos ainsi que des séances d’entraînement. 
  • L’application en français Prãnãyãma propose des séances guidées avec sons apaisants et visuels animés sur la respiration yogique. 

Vous aimerez aussi:

Voici six exercices d’étirement de base à faire idéalement tous les jours ou au moins 3 ou 4 fois par semaine, une affaire de 10 minutes par séance. Au bout d’un mois vous serez étonné des résultats.

Bouger, c’est améliorer sa santé, son allure, mais c’est aussi améliorer ses capacités cérébrales! Oui, l'exercice a des bienfaits sur le cerveau. En voici des preuves.

Le Qi Gong libère les tensions, fait circuler l’énergie, stimule notre corps et favorise la mise en oeuvre de notre potentiel d’auto-guérison! Pratiqué en Chine depuis des millénaires, le Qi Gong (prononcez tchi kong), fait un nombre grandissant d’adeptes en Occident.


Pages :

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • Lire sur une page

1

Commentaires

Yoga du 3e âge

Je viens de lire le commentaire, qui m'a beaucoup plu. je vais m'y mettre!