La raquette, un sport qui gagne en popularité

iStockphoto.com

Qui aurait cru que la raquette, une activité vieille de plus de 6 000 ans, se hisserait en tête des sports les plus in en Amérique du Nord? Munies de crampons, d’alliages en aluminium et de matériaux dérivés du plastique et du caoutchouc, la raquette, dorénavant légère et très efficace dans la neige, est entrée dans l’ère moderne. Elle compte plus de 700 000 adeptes au Québec, soit le double du nombre de joueurs de hockey amateurs!

Claude Proulx peut témoigner de cet engouement. Depuis que ce guide de voyage de 62 ans et son épouse, Danièle Maher, se sont offert des raquettes en aluminium il y a 5 ans, ils ont découvert un sport zen. «Contrairement au ski de fond où l’on est porté à ouvrir la machine, la raquette plonge ses adeptes dans un état de relaxation et de détente. Elle permet de savourer la nature, de s’arrêter sur un cap et d’admirer le panorama en silence», souligne ce résidant de Ville Saint-Laurent.

Le couple, qui a déjà franchi les Chic-Chocs en raquette, a acheté plusieurs paires de raquettes pour son chalet de Saint-Adolphe-d’Howard, une municipalité reconnue pour la qualité de ses sentiers enneigés. «On veut en faire profiter nos invités!», s’exclame le passionné Claude.

François Guillot, directeur du parc national des monts Valin, au Saguenay, n’est pas surpris de cet emballement. «Avec leurs crampons, les modèles en aluminium permettent aux gens de pratiquer la randonnée pédestre en montagne, mentionne-t-il. Ces raquettes permettent également de démocratiser l’activité physique extérieure et encouragent les gens qui n’avaient jamais pratiqué de sport de plein air à bouger.»

Il faut dire que la raquette aide à garder la forme. L’activité sollicite vivement le système cardiovasculaire et les muscles. Selon les conditions de neige et le degré d’inclinaison des sentiers, il est possible de brûler de 350 à 1 000 calories l’heure. La raquette constitue également une activité physique à faible impact pour les articulations des chevilles et des genoux.

Inondée d’appels téléphoniques provenant de raquetteurs en quête des plus beaux sentiers, la Fédération québécoise de la marche a même publié un guide, Raquette et marche hivernale au Québec, qui recense plus de 500 sentiers à travers la province. On y trouve les populaires circuits des parcs nationaux, mais aussi de petits trésors balisés où la neige vierge est quasi garantie!



Pages :