Je me mets au vélo!

Je me mets au vélo!

Chris Barbalis via Unsplash

Au mois de mai, c’est le moment de sortir notre bicyclette et de se délier les jambes! 


Conseils pour cyclistes rouillés 

On n’a pas enfourché notre monture depuis des années? Pas de souci, puisque l’art de pédaler ne s’oublie pas. «La mémoire motrice, qui nous permet de coordonner nos actions, se perd moins vite que tout autre type de mémoire, dont celle du domaine cognitif, dit Félix Berrigan, professeur au département de kinanthropologie de l’Université de Sherbrooke. Malgré le passage du temps, il reste donc des traces de cet apprentissage qui nous permettront de nous y remettre plus rapidement que si on n’en avait jamais fait.» Voici quelques conseils avant de se lancer:

• Ne pas viser trop haut «Comme il s’agit de réactiver des circuits neuronaux qui n’ont pas servi pendant longtemps, quelques essais seront nécessaires avant que ça revienne complètement», note M. Berrigan.

• Y aller mollo, même si on se rappelle comment pédaler. «D’autres systèmes du corps, comme celui responsable de l’équilibre, ne sont pas restés aussi efficaces qu’autrefois. Mieux vaut y aller d’abord à un rythme plus lent et éviter les situations à risque, comme les pentes trop raides ou les zones où le trafic est lourd», suggère le professeur.

• Plutôt que de se décourager, en se disant «je ne suis pas assez en forme», on pense au fait que les déplacements à vélo donnent du pep! Au bout d’une semaine seulement, on se sent déjà mieux. La recommandation de Vélo-Québec: y aller à notre rythme, deux ou trois fois par semaine.

• Avant d’enfourcher notre vélo, on en vérifie l’état, histoire de s’assurer, par exemple, que les freins fonctionnent! En début de saison, Vélo-Québec conseille une mise au point de base (environ 40 $) chez un marchand de vélos ou une révision complète, avec réparations (à partir de 100 $). Si on a envie de le faire nous-même, on s’inscrit à des ateliers de mécanique pour apprendre à entretenir notre bicyclette.

On n’en a jamais fait? 

Il n’est pas trop tard pour s’y mettre! «Selon certaines études, la capacité d’apprendre est présente à tout âge, mentionne M. Berrigan. Mais comme pour tout apprentissage moteur, ça nécessite d’abord une évaluation de notre condition physique. Ensuite, il faudra y consacrer du temps et des efforts en y allant progressivement. En cas de problème de genoux ou musculo-squelettique, on pourrait recourir à un entraînement adapté et supervisé pour éviter les blessures.»

Pour trouver pédale à son pied

• Vélo Québec Infos, conseils et répertoire des clubs de vélo au Québec (velo.qc.ca) + suggestions d’activités, randonnées et ateliers qui auront lieu au mois de mai (moisduvelo.quebec).

La folie du vélo en chiffres

Il y a de plus en plus de cyclistes aux tempes grises sur les routes et pistes cyclables au Québec. De 1981 à 2005, le pourcentage des adeptes de 55 à 64 ans a en effet augmenté et même doublé chez les 65 à 74 ans.* À Montréal, 33 % des 55 à 74 ans ont suivi la tendance, selon les données de 2015.

Sources: L’état du vélo au Québec, 2005, Vélo-Québec et L’état du vélo à Montréal, 2015, Vélo Québec.



Partagez votre opinion

Réagissez à cet article

Je me mets au vélo!

Laissez ce champ vide, il est là pour prévenir contre les soumissions automatisées en spam.

Voir les politique de commentaires