Exercice et bienfaits sur le cerveau

iStockphoto.com

Certains effets de l’exercice sont si évidents qu’il ne viendrait l’idée à personne de les remettre en question. Si vous faites de la musculation, par exemple, vos muscles deviendront plus fermes et rapidement plus forts. Et si vous faites de l’aérobique, vous ne tarderez pas à vous sentir moins essoufflé pour le même effort. Même votre pouls au repos sera plus lent. Vous vous doutez bien aussi que l’exercice agit sur le cerveau puisque, après avoir fait de l’exercice, vous vous sentez plus calme et avez l’esprit léger. Tous ces effets sont facilement vérifiables.

Mais si on vous dit que l’exercice éclaircit les idées, améliore la mémoire et la concentration, agit sur l’humeur comme le ferait un antidépresseur ou une piqûre de morphine, retarde le vieillissement du cerveau, voire modifie la structure du noble organe en créant de nouveaux neurones et de nouveaux vaisseaux sanguins, il se peut que vous soyez sceptique et exigiez des preuves solides. Or, il y en a. Ces 10 dernières années, des études sérieuses ont montré que l’exercice, littéralement, transforme le cerveau pour notre plus grand bien mental.

Pour ne pas vieillir dans sa tête

Il y a d’abord cette étude percutante publiée dans The Journal of Gerontology: Medical Sciences. Pour la première fois, des chercheurs ont regardé à l’intérieur du cerveau de 55 volontaires âgés de 56 à 79 ans. Utilisant des images tridimensionnelles à haute résolution obtenues par la résonance magnétique, ils ont découvert que l’exercice retardait l’atrophie du cerveau associée au vieillissement. Les personnes actives physiquement avaient perdu, en effet, beaucoup moins de matière grise et de matière blanche que les sédentaires. La matière grise abrite les neurones, des cellules indispensables à l’apprentissage et à la mémoire, tandis que la matière blanche se compare à un gigantesque réseau internet constitué de milliards de connexions (fibres nerveuses) qui transmettent les signaux émis depuis les neurones dans le cerveau.

Une des hypothèses retenues par les chercheurs pour expliquer ces résultats a trait au taux de sucre dans le sang (glycémie). On sait qu’une glycémie élevée et non contrôlée, comme chez les personnes prédiabétiques, réduit l’apport en glucose dans les cellules. Or, le cerveau est un grand consommateur de glucose. S’il en est privé le moindrement, il s’ensuit une perte de matière grise et blanche. L'exercice, au contraire, favorise le maintien d’une glycémie optimale, ce qui assure un apport régulier de glucose au tissu cérébral. Une autre hypothèse concerne l’augmentation de la quantité de sang qui circule dans le cerveau à la suite d’un exercice. Nous reviendrons là-dessus plus loin. Pour l’heure, poursuivons l’examen de cette étonnante relation entre le sport et le cerveau.



Pages :

Partagez votre opinion

Réagissez à cet article

Exercice et bienfaits sur le cerveau

Laissez ce champ vide, il est là pour prévenir contre les soumissions automatisées en spam.

Voir les politique de commentaires