Ce n’est pas vrai que l’entraînement n’est plus pour nous!

Publireportage

Publireportage - À partir d’un certain âge, bouger demande plus de motivation. La Résidence Au Fil de l’Eau s’est donné comme mission d’offrir une vie active à ses résidents grâce à un gym adapté à leurs besoins. Un service qui a changé leur vie.

Ce que la salle d’entraînement a de plus
Les dernières années ont été synonymes d’amélioration pour la salle d’entraînement de la résidence. Bonifié de nouveaux appareils et profitant maintenant de l’expertise de deux kinésiologues, le gym offre aujourd’hui une gamme complète de services et est particulièrement apprécié des résidents.

Au Fil de l’Eau a su rendre sa salle d’entraînement unique. En s’abonnant au gym pour seulement 75 $ par année, les résidents reçoivent des conseils et un suivi de la part des kinésiologues ainsi qu’une évaluation de leurs capacités physiques. L’accessibilité, l’espace et la luminosité du gym en font un endroit où il fait bon vivre.

Les abonnés sont entièrement encadrés quand ils commencent leur programme. Cette formule, qui met les participants en confiance, a été créée et est supervisée par Josianne Lapierre, kinésiologue et responsable du gym. À propos de ce service axé sur le bien-être des résidents, elle affirme: «Je souhaite leur offrir une salle d’entraînement structurée, qui peut réellement améliorer la santé de leur corps et de leur esprit.»

Le franc succès du programme
Depuis l’indéniable succès du gym, rendu possible grâce au partenariat avec le Centre ÉPIC de l’Institut de Cardiologie de Montréal, le nombre d’abonnements ne cesse d’augmenter. Les nouveaux résidents savent que le service existe et veulent absolument en profiter. Même les abonnés à mobilité réduite ont à leur disposition de l’équipement adapté. La forte demande de nouvelles plages horaires pour les cours illustre bien la popularité du gym et l’intérêt grandissant qu’il suscite chez les résidents, dont certains n’avaient jamais fait de sport de leur vie.

«Les gens sont fiers de réaliser qu’ils sont capables.» – Salvatore Migliara, propriétaire de la résidence.