Papi fait de la résistance

Jean-Louis-Gauthier billet de juin 2014

 Il m’aurait donné une claque en plein visage que ça n’aurait pas été pire. 


J’ai riposté dare-dare, affirmant qu’il se trompait sûrement, que c’était sans doute un cheveu plus pâle que les autres, faisant d’ailleurs valoir que, enfant, j’étais blond comme les blés. 

Et pourtant, vérification faite, après avoir bien examiné le spécimen, je dus me rendre à l’évidence: c’était bel et bien un cheveu blanc! 

J’avais 33 ans. L’âge où le Christ est mort sur la croix. 

Pour ma part, je venais de mourir un peu, condamné à vieillir et à porter ma croix. 

Moi qui avais cru jusque-là que la vieillesse, c’était pour les autres! 

Le temps a continué à faire son oeuvre maléfique. De brun que j’étais, d’un beau brun tirant sur le chocolat, je suis devenu peu à peu poivre et sel. Et, finalement, plus «sel» que «poivre». Aujourd’hui, plus personne ne pourrait croire en voyant ma tignasse aux reflets d’argent que je fus un jour brun chocolat! 

D’autres signes qui ne trompent pas sont venus s’ajouter. Quelques rides, quelques affaissements ici et là. Quelques plis aussi. 

Il faut assumer. 

J’aurai bientôt 66 ans. Je n’ai rien fait pour en porter les traces, j’ai même fait tout ce qu’il fallait contre. J’ai résisté. Petite crème le soir, une autre le matin que je mêle avec un peu de crème solaire. Ça donne du tonus et de l’éclat. 

Comme vous voyez, je suis assez coquet de ma personne. Puis, histoire de bien vieillir aussi de l’intérieur du corps, je traque et chasse les gras trans et autres poisons, je fais de l’exercice quotidiennement et je bois beaucoup d’eau. Non! Je ne suis pas de ceux qui veulent faire croire que vieillir est chose facile. Vieillir, qu’on le veuille ou non, c’est mourir un peu plus chaque jour, constatant surtout que le temps qui reste rétrécit comme peau de chagrin avec, en plus, la mort au bout. On s’en passerait de celle-là.

 Mais bon, c’est comme ça et tant pis! 



Pages :

1

Commentaires

Il faut assumer

C'est l'année de mes 66 ans... je ne m'en cache pas non plus... je suis toujours étonnée en vous lisant de constater combien nos vies sont semblables... à cette différence près que je suis une Mamie. Ce simple titre me rend fière d'être rendue là. C'est la plus belle période de ma vie... Trop Princesses qui m'adorent et qui sont tout pour moi.
Comme vous: 'Alors je scande haut et fort du haut de mes 66 ans: «À bas les stéréotypes et l’âgisme! À bas le mépris! Et vive l’âge qu’on a!»'
GREY POWER !!!