Salade, cuisson ou friture, quel gras pour quoi?

Salade, cuisson ou friture, quel gras pour quoi?

iStockphoto.com

Pour les salades

De noix, de noisettes, de caméline, d’olive, ou d’avocat... toutes les huiles se prêtent aux salades! Le premier choix? L’huile d’olive extra-vierge, partie intégrante du régime méditerranéen associé à une meilleure espérance de vie en bonne santé. 

En plus des huiles citées ci-dessus, pourquoi ne pas tester aussi celles de carthame, de lin et de chanvre pour la crème Budwig du matin? Comme chaque portion d’huile (15 ml) apporte 120 calories, on évite par contre d’en prendre plus d’une portion par repas.

Pour une cuisson modérée

On détermine le degré de résistance d’une huile à partir de son point de fumée (la température à partir de laquelle elle se met à en produire). Cette fumée dégageant des particules irritantes pour les yeux et les voies respiratoires, y être exposé de façon fréquente serait nocif pour la santé. Comme le point de fumée varie selon la composition des huiles et leur type de gras, on les choisit en fonction de celui-ci. L’huile d’avocat a un point de fumée de 271 °C, celles de canola et de caméline, de 240 °C, et celle d’arachide, de 232 °C. Quant à l’huile d’olive, tout dépend de son traitement: 238 °C si elle est raffinée, mais seulement 191 °C si elle est extra-vierge. Pour les woks, sautés et cuissons à la poêle, les huiles d’olive raffinée, de canola et d’avocat, riches en gras monoinsaturés, seront donc excellentes!

Le beurre, quant à lui, a un point de fumée de 177 °C, qui passe à 252 °C pour le beurre clarifié (dont on a retiré le petit lait). Le mélanger à de l’huile n’augmente en revanche pas son point de fumée. Selon des tests réalisés par Christina Blais, professeure de nutrition à l’Université de Montréal, le beurre prend déjà une coloration brune à 130 °C et brûle à 180 °C, qu’on y ajoute de l’huile ou non.

La graisse de coco (beurre ou huile de noix de coco) a pour sa part la cote auprès des sportifs. Malgré sa richesse en gras saturés, elle serait métabolisée différemment des autres corps gras, d’où son absence d’effet sur le cholestérol sanguin. Avec son point de fumée à 185 °C, elle tolère également les cuissons à température modérée.



Pages :