Quel sel choisir?

Quel sel choisir?

iStockphoto.com

Qu’on le puise dans la mer ou la terre, le sel est nécessaire à l’équilibre chimique de notre organisme: sa présence contribue même au bon fonctionnement du cerveau. Mais comme on en perd constamment par la sueur, l’urine et les larmes, il faut en consommer 5 g par jour à l’âge adulte pour refaire ses réserves. Le problème, c’est qu’on en absorbe beaucoup plus que cela, souvent le double, à cause des plats, sauces et produits très salés du commerce. Pour limiter les risques d’accidents cardiovasculaires, on devrait donc revoir sa consommation en se tournant vers des sels plus sains ou plus originaux, qui nous feront prendre davantage conscience du geste de saler, devenu trop machinal.

Le sel de table 

Ce sel gemme est blanchi, affiné, puis additionné d’antiagglomérants, d’iode et de fluor. Une fois raffiné de la sorte, il a pratiquement perdu tous ses nutriments d’origine et se compose à plus de 95% de chlorure de sodium. Ce qui ne l’empêche pas d’être le sel le plus utilisé... «Les cuisiniers donnent souvent l’impression de mettre beaucoup de sel, mais si on mettait le même pourcentage de sel dans un coulis de tomates maison qu’il y en a dans une sauce tomate du commerce, on serait incapable de le manger!» s’exclame Jonathan Garnier, chef et fondateur de la boutique-école La Guilde Culinaire, à Montréal. «Dans les produits préparés, le sel est masqué pour tromper notre corps. Mais si c’est fait maison et bon au goût, il n’y a aucun problème à saler.»

Le sel de mer fin

Identique au sel de table... sauf qu’il n’est pas raffiné. Comme il n’a donc rien perdu de ses oligoéléments et minéraux (magnésium et fer), ce sel «complet» aide notre corps à digérer, l’incitant à produire les enzymes nécessaires à la récupération des nutriments dans les aliments. «Pour que sa qualité ne s’altère pas, on le garde simplement dans un contenant à l’abri de l’humidité», conseille Jonathan Garnier.

Le gros sel de mer

Ces gros cristaux se forment au fond des marais salants, lors de l’évaporation de l’eau. Plus le processus est lent, plus leur taille sera importante. Le gros sel n’est composé que d’environ 85% de chlorure de sodium, soit bien moins que le sel raffiné. Sa salinité plus faible laisse davantage de place au goût des aliments, en plus de le rendre meilleur pour la santé. Un atout non négligeable, qui incite à l’utiliser tant dans l’eau de cuisson que sur une pièce de viande grillée ou des légumes auxquels il donnera du croquant. Également indispensable à toute recette en croûte de sel réussie!

La fleur de sel

Contrairement au gros sel, la fleur de sel se forme à la surface des marais salants de la côte atlantique européenne, et seulement dans des conditions de vent particulières. Cette fine «croûte» de sel se récolte délicatement... d’où son prix! Elle fera merveille en touche de finition sur une viande tranchée, une salade à la vinaigrette, des pétoncles ou du poisson. «La fleur de sel permet de créer des montagnes russes de contrastes entre des bouchées douces et d’autres où son craquant intense réveille les papilles», commente le chef de La Guilde Culinaire.

Le sel en flocons

Plus grosses que celles de la fleur de sel, les paillettes iodées du sel en flocons fondent aussi moins rapidement. Le fameux sel de Maldon est obtenu à partir d’eau de mer de l’estuaire de la rivière Blackwater, en Angleterre, que l’on filtre et fait bouillir jusqu’à évaporation. «Ces pétales de sel apportent une différence par leur forme cristalline, qui ajoute de la texture en bouche, explique Jonathan Garnier. Je les utilise en finition, dans le même esprit que la fleur de sel, pour stimuler les papilles et casser la monotonie.»

Le sel rose

Sel de mine et non de mer, le sel rose provient de la zone géologique de l’Himalaya, au nord-est du Pakistan, dernière trace d’un océan disparu depuis des millions d’années. Comme ces gisements sont à plus de 600 m de profondeur, le sel qu’ils contiennent a été protégé de toute pollution, ce qui lui permet de contenir pas moins de 80 nutriments, dont du fer qui, en s’oxydant, lui donne sa couleur. «On prête des propriétés intéressantes au sel de l’Himalaya, note notre chef. Par contre, qu’on mette ce dernier ou du sel fin sur une tomate ne changera pas grand-chose à la saveur.»

Le sel noir

Récolté dans l’océan Pacifique, notamment à Hawaï, le sel noir doit sa couleur étonnante aux pierres de lave volcanique présentes au fond de ses bassins salants. Le charbon actif qu’il contient stimule notre système digestif et on le dit même détoxifiant. «Plus que par son goût, le sel volcanique noir sera intéressant pour obtenir un esthétique contraste de couleurs, sur un pétoncle par exemple, commente Jonathan Garnier. Attention à la qualité, par contre: certains sels sont simplement teintés par des bouts de pierre volcanique jetés dans leur eau!»

Le sel aromatisé

Ici, on ajoute à du sel non raffiné gris, rose ou noir des herbes et des épices séchées pour créer des mariages de saveurs qui parfumeront les plats. Tout est possible: piment d’Espelette, algues, cèpes, fleurs, coriandre, érable, alouette! «Du sel au thym viendra réveiller une viande de boeuf, tout comme un sel au romarin pour l’agneau», suggère M. Garnier. Si on veut concocter son propre mélange, rien de plus simple: on moud au mortier 2 c. à soupe de sel pour 1 c. à thé de l’ingrédient de son choix et on laisse reposer une semaine dans un contenant fermé.

Le sel de sésame

Dans le cas du sel de sésame ou gomasio, les proportions sont inversées: on parle d’une demi-tasse de graines de sésame mélangées à 2 c. à thé de sel de mer. On fait dorer à la poêle ou au four, on laisse refroidir et on écrase au pilon. On peut aussi acheter ce sel tel quel. Au Japon, on le saupoudre sur les plats (riz, tofu, légumes) depuis toujours. L’équilibre entre la teneur en calcium du sésame et celle en magnésium du sel permet entre autres à notre système digestif de mieux assimiler les nutriments du sel. D’ailleurs, ce dernier est si peu présent dans le gomasio que cela en fait une très bonne façon de se désaccoutumer du trop salé. Alors, on l’essaie? 

Vous aimerez aussi

Bien manger peut aider à être vigilant toute la journée. Tour d’horizon des meilleurs aliments pour notre cerveau.

Sucre blanc ou sucre brun? Miel ou sirop d’érable? Les sucres sont-ils tous égaux? Tour d’horizon pour voir s’il existe des sucres meilleurs que d’autres.

Comment améliorer vos habitudes alimentaires et garder votre corps fort et en santé? Voici 8 trucs pour bien manger.

Pages :

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • Lire sur une page

Partagez votre opinion

Réagissez à cet article

Quel sel choisir?

Laissez ce champ vide, il est là pour prévenir contre les soumissions automatisées en spam.

Voir les politique de commentaires

4

Commentaires

Sel noir

Comment faire pour faire la difference entre les 2 sels dont vous parlez?
y a t il une marque a recommander?
Où on peut se procurer ce produit dans la region de Montreal?
Merci

sel

Et le sel aux plantes ? C'est bien ou non ?

Quel sel choisir?

Ha ha ha, je n'en reviens pas, il y a tellement longtemps que je voulais savoir ça. Moi j'utilise du gros sel de marais salants du Portugal que j'ai acheté à ma boutique d'aliments naturels pour à peu près le double du prix du sel de table iodé ordinaire de grandes surfaces, judicieux achat que je n'ai jamais regretté, même le goût me semble plus raffiné et moins amer. J'ai récemment vu dans un magasin du dollar du sel rose de l'Himalaya ''produit de l'Afrique du Sud'' je me demande bien... Alors, merci mille fois, ce reportage là a répondu à toutes mes questions et encore. Rose.

Ou puis-Je trouver une variété de sels.?

Soit à Montréal ou en région,j'aimerais trouver un endroit où on peut trouver différents variétés de sel.
Pouvez-vous m'aider ?