Du bœuf irradié dans notre assiette?

Du bœuf irradié dans notre assiette?

iStock Photo

 Cette technologie qui soulève des craintes chez le consommateur est déjà permise depuis très longtemps pour les pommes de terre, les oignons, les épices, le blé et les farines. L’irradiation diminue le degré de contamination microbienne, ce qui prolonge la durée de conservation du produit. Ce processus freine aussi l'infestation par les insectes et ralentit le mûrissement. 

Dans le bœuf haché, c'est la bactérie E. coli qui est ciblée, car cette dernière provoque chaque année des décès. Une fois la viande irradiée, la bactérie se retrouve détruite, réduisant les toxi-infections alimentaires. La valeur nutritive du produit final n’est que très peu affectée par ce traitement; les experts s’entendent donc pour valoriser l’irradiation dans un contexte de santé publique. Mieux vaudrait toutefois limiter les doses d’irradiation pour éviter l’exposition répétée à des composantes générées par le rayonnement. Chaque consommateur aura d’ailleurs le choix, car un symbole Radura sera obligatoirement apposé sur tout bœuf irradié. 



5

Commentaires

Irradiation des aliments

Si l'exposition peut devenir néfaste, un guide "d'utilisateur" devrait être émis pas Santé-Canada quant à la façon de réagir au symbole Radura.

Oui

En tant que boucher retraité avec beaucoup d'expérience, je suis 100% d'accord avec le fait qu'il faut irradier toutes les viandes, en fait tout ce qui est comestible.

Du bœuf irradié? Pas dans mon assiette, merci.

J'ai travaillé sur une ferme laitière comme assistante et les produits laitiers (sauf le fromage) et le boeuf sous toutes ses formes, pour moi c'est non merci. On active la croissance de l'animal ou la production de lait de façon anormale avec des hormones, (Posilac de Monsanto entre autres, heureusement banni au Canada depuis 2000) ce qui le blesse. On le traite donc aux antibiotiques, ce qui le rend de plus en plus résistant aux traitements, et nous aussi... et on active sa croissance... et on le traite... et on active... enfin, pas joli le portrait et ça impose des souffrances intolérables aux animaux, c'est vraiment horrible à voir.
Donc, très très occasionnellement, va, mais le moins souvent possible, poissons et poulet de grain me vont très bien merci et de toute façon, irradiation ça sonne un peu trop comme radiation à mon goût. Est-ce une bonne nouvelle? Je ne crois pas. Et pourquoi changer de cap aussi soudainement? Je ne sais pas. Merci pour les renseignements, Rose.

Question, plus d'information svp

Comment fait on l'irradiation, le procédé c'est quoi?

Du boeuf aux e-coli? Des victimes?

PS: Sujet intéressant donc j'ai fait une recherche sur le web pour trouver le nombre d'empoisonnements alimentaires dus à la bactérie e-coli dans le boeuf haché spécifiquement et je n'ai rien trouvé. Dans de la farine, sur des épinards oui mais rien sur le boeuf alors cette irradiation, est-elle vraiment nécessaire? Si quelqu'un pouvait me (nous) donner plus de précisions, des données, des chiffres sur les causes et les conséquences, ce serait bien apprécié. Et peut-être Mme. Huot pourrait-elle nous préciser qui sont les experts dont elle nous parle mais surtout, qui a fait les études scientifiques nécessaires et étaient-elles vraiment indépendantes? Enfin, tout cela me semble bien vague comme explications pour motiver pour une décision aussi controversée, surtout après tant d'années de refus de la part de Santé Canada. Un peu plus d'éclairage serait bien apprécié ici, merci. Encore moi, Rose.