À découvrir: le sureau

À découvrir: le sureau

iStockphoto.com

Le sureau blanc se cultive surtout dans le Sud de la province. Garni d’un beau feuillage blanc au mois de juillet, il produit une baie récoltée généralement en septembre. Dès l’Antiquité, autant les fleurs que les baies de sureau étaient utilisées pour leurs vertus thérapeutiques. On disait qu’elles soignaient le rhume ainsi que les rhumatismes. Et il semble que le sureau était tellement populaire auprès des Européens, il y a de cela des siècles, qu’une tradition était née: chaque enfant qui quittait le nid familial recevait de ses parents un plant de sureau! 

Au Québec, on le découvre peu à peu. Seuls quelques producteurs se risquent actuellement à le cultiver. Pourtant, du sureau découlent plusieurs produits intéressants. Avec les fleurs, on fabrique des onguents, des tisanes et des teintures. Les baies de sureau, quant à elles, sont de plus en plus appréciées sous diverses formes. 

Valeur nutritive 

Les baies de sureau, d’un mauve violacé, et dont le goût rappelle à la fois le bleuet et la mûre, se démarquent particulièrement par leur teneur en antioxydants. En effet, elles en contiennent plus que le bleuet et la canneberge. Elles sont aussi riches en vitamines A et C ainsi qu’en fibres, et les polyphénols qu’elles contiennent auraient un pouvoir «chimiopréventif» et contribueraient à la prévention des maladies cardiovasculaires et inflammatoires. Enfin, les baies de sureau sont un allié de taille dans la lutte contre le rhume. Une demi-tasse (125 ml) de baies de sureau contient 56 kcal, 5 g de fibres, 14 g de glucides, 462 UI de vitamine A et 28 mg de vitamine C. 



Pages :