15 mythes et vérités sur l'alcool

Mythes et vérité sur l'alcool

iStockphoto.com

1. À consommation égale, l’alcoolémie est moins élevée chez une grande personne que chez une plus petite

Vrai. L’effet de l’alcool est proportionnel à la quantité de liquide dans l’organisme. Plus une personne est grande, plus son volume d’eau et de sang est élevé, et plus l’alcool est dilué. Elle s’enivre donc moins vite.

2. Les femmes supportent moins bien l’alcool que les hommes.

Vrai. Même à taille et à poids égaux, une femme qui boit la même quantité d’alcool qu’un homme aura généralement un niveau d’alcoolémie plus élevé et, par conséquent, en ressentira davantage les effets. Ce phénomène s’explique par le fait que le corps féminin contient moins de liquides corporels et plus de tissus adipeux (graisse) que de muscles. Question de métabolisme. Or, l’alcool se répand plus facilement dans les muscles que dans les gras en raison de leur teneur en eau plus élevée, ce qui lui permet de se diluer plus vite.

Ce n’est pas tout. Le foie des femmes étant plus petit que celui des hommes, l’alcool est aussi métabolisé plus lentement. Enfin, l’enzyme qui aide le foie à métaboliser l’alcool est moins efficace chez la gent féminine.

3. La bière enivre moins vite que le vin et les spiritueux

Faux. Une consommation standard de bière (341 ml/12 oz à 5% d’alcool) contient autant d’alcool qu’une consommation standard de vin (142 ml/5 oz à 12% d’alcool) ou de spiritueux (43 ml/1,5 oz à 40% d’alcool). Seul le volume de liquide dans le verre diffère. Donc, que l’on prenne trois bières ou trois verres de vodka, le résultat sera le même. Petit rappel: les boissons allongées, les cocktails et les coolers ne comportent pas moins de dangers que les autres boissons alcooliques. En effet, 2 oz (50 ml) d’alcool dans un mélange de jus de fruits demeurent 2 oz (50 ml) d’alcool! Quant aux coolers, ils ne sont pas toujours aussi légers en alcool qu’ils en ont l’air…

4. La nourriture retarde l’effet de l’alcool.

Vrai. On atteint l’état d’ivresse trois fois plus vite si notre estomac est vide. À jeun, l’alcool passe illico dans l’intestin, puis dans le sang et le cerveau. Une consommation standard est absorbée au bout de 20 à 30 minutes. Et le fait de manger après avoir bu n’y changera rien puisque l’alcool est déjà dans le réseau sanguin. En revanche, le processus est différent si l’on mange avant ou pendant la prise d’alcool, car la nourriture dans l’estomac fait tampon en absorbant une certaine quantité d’alcool, ce qui ralentit la vitesse à laquelle il passe dans le sang et, par ricochet, son impact. Ce n’est d’ailleurs pas par hasard que l’on sert souvent des amuse-gueule avec les consommations alcooliques. Mais attention: manger ne réduit pas le taux d’alcoolémie. Ça ne fait que retarder l’absorption de l’alcool. Par conséquent, même le plus gargantuesque des repas ne nous empêchera pas de nous enivrer si l’on boit trop…

5. L’alcool déshydrate.

Vrai. L’alcool diminue la sécrétion d’une hormone qui contrôle le contenu en eau de l’organisme. Le corps élimine donc plus d’eau qu’il n’en absorbe. La déshydratation survient vite. Résultat: le fameux mal de tête du lendemain de veille



Pages :

2

Commentaires

Le café

J'avoue que je suis très surprise de lire le numéro 11: Le café dégrise. À mon avis, il s'agit vraiment d'un mythe que la majorité des gens croit vrai. Même, on suggère parfois à nos invités "un petit café" avant qu'ils prennent la route. Bref, cet article est très intéressant et instructif!

alcool

Pour moi le café me faisait du bien a l'époque de ma jeunesse après une cuite et cela fonctionnait.