Agir pour préserver la santé mentale

Agir pour préserver la santé mentale

Emma Simpson via Unsplash

Dans un message publié sur Facebook, le premier ministre François Legault a répété aujourd'hui que «si on veut continuer d’avancer vers une vie plus normale, il faut absolument continuer de respecter les consignes», qu’on parle de l’hygiène des mains ou d’un certain confinement. Cette dernière mesure aurait toutefois des effets pervers bien documentés sur la santé mentale. 

Selon des statistiques gouvernementales, 15 % des Québécois ont rapporté souffrir de détresse psychologique ces dernières semaines. «C’est sept fois plus qu’avant la crise», a quantifié la ministre de la Santé, Danielle McCann. Et en cette Semaine de la santé mentale, il n’est pas question d’occulter cet enjeu, a-t-elle ajouté.

C’est pourquoi le gouvernement lance un plan d’action visant à améliorer les services psycho-sociaux. Concrètement, a précisé la ministre, on souhaite augmenter le nombre d’intervenants, notamment en embauchant des professionnels qui œuvrent actuellement en pratique privée, de même qu’en bonifiant la ligne Info-Social 811.

«Il ne faut pas hésiter à demander de l’aide», a-t-elle martelé.

 

Bilan quotidien

Le Québec dénombre à ce jour 34 327 cas de COVID-19 (+910). En ce qui concerne les décès, la province a maintenant dépassé le seuil des 2500 morts. Les 112 nouveaux décès portent ainsi le total à 2510. Enfin, sur les 1840 personnes hospitalisées (+19), 213 patients se trouvent aux soins intensifs, en baisse de 5 par rapport à la veille.



Partagez votre opinion

Réagissez à cet article

Agir pour préserver la santé mentale

Laissez ce champ vide, il est là pour prévenir contre les soumissions automatisées en spam.

Voir les politique de commentaires