Par Joanne

Montréal l'hiver

 

Chutes de neige abondantes, trottoirs glacés, froids sibériens et vents à vous arracher la tête, je me suis récemment surprise en flagrant délit de nostalgie. Pendant qu’autour de moi, on pestait contre l’hiver, montaient en moi des images de petite fille, où je marchais sur les trottoirs glacés avec maman, le nez enfoui dans la manche de son manteau de rat musqué. Souvenirs de mon père, aussi, qui m’amenait glisser en traîne sauvage sur le mont Royal, et de notre vieille Coccinelle au dégivreur manuel (il fallait gratter le pare-brise en conduisant), ces images douces, enveloppantes et rassurantes surgissent du passé et me font sourire. Improbable poésie, je les aime pourtant, mes hivers à Montréal, la ville qui m'a vu naître et que j’ai parcourue en toute saison. Après trop d'années passées en banlieue, je suis revenue chez moi. Pourtant, je n'habite ni les mêmes lieux, ni le même quartier, mais chaque fois que j'atteins le bout de ma rue, la vue des gratte-ciel du centre-ville me donne envie de me pincer et de crier ma joie.