Par Lucie Bédard

Cuba, mon île de rêve

Nous sommes en 1988; nos filles ont alors 11 et 9 ans. Nous désirions donc partir en voyage et nous reposer. Il s'agissait de notre premier voyage à l'extérieur du pays et nous avions entendu parler de Cuba.

Après deux visites d'agences de voyage pour magasiner ce beau rêve, nous arrivions chez une troisième où la jeune femme qui nous répondit nous avisa que Cuba c'était très beau, mais que par contre, il ne fallait pas s'attendre à avoir une bonne nourriture, que les activités avec les enfants étaient inexistantes et que de plus, il manquait à peu près de tout sur l'île. Elle nous suggérait plutôt d'aller en Floride. Comme nous avions vu de belles photos de Cuba, nous persistions malgré tout pour ce choix. Nos filles étaient entièrement d'accords avec ce choix, car elles disaient que leurs parents avaient vraiment besoin de se reposer.

La jeune femme tenta de regarder s'il restait des billets pour les deux semaines que nous voulions partir, et il n'y en avait plus aucun. En sortant, mon époux affirma que nous irions voir une dernière agence, et qu'après coup, s'il n'y avait rien qui nous convenait, on trouverait bien un endroit à visiter au Québec. La personne qui nous répondit trouva quatre billets pour Varadero... Elle nous vanta ce pays comme étant magnifique. Lorsque nous lui avons demandé son avis pour la nourriture et d'autres aspects, elle ne cessait de trouver que des points positifs. Nous sommes sortis de là pour retourner immédiatement à l'agence où la jeune personne nous avait dit les vraies choses. Tant d'honnêteté méritait qu'on s'y attarde. Les quatre billets étaient toujours disponibles.

Ce fut le premier, mais non le dernier de nos voyages familiaux. Cependant, c'est celui qui m'est le plus cher au coeur. Il s'agissait de réaliser un rêve. Nous arrivions sur une île paradisiaque, manquant de tout, même les ampoules électriques, mais quel voyage ! La plage merveilleuse, les cubains qui vénéraient les enfants ( ils sont fous des enfants ), le personnel tellement aimable, bref, deux semaines de paradis. Trois d'entre nous avons maigri de 5 ou 6 livres, à part notre grande fille qui, elle, mangeait de tout. Rien ne nous dérangeait; lorsque nous allons dans un autre pays, il faut s'adapter à leurs coutumes et leurs habitudes.

Depuis ce temps, nous sommes retournés à Varadero une autre fois. Par la suite, nous sommes allés en République Dominicaine qui est aussi magnifique, mais par contre, notre coeur est vraiment fidèle à Cuba. Nous avons eu un coup de coeur pour Cayo Coco où nous sommes allés 5 fois, ensuite à Santa Maria, et nous comptons bien retourner bientôt sur notre île paradisiaque. L'arrivée des petits-enfants a quelque peu changé nos habitudes de voyage, mais, maintenant à la retraite, nous allons nous reprendre. Ah oui, cette jeune femme si gentille et tellement honnête qui nous avait conseillé de ne pas aller à Cuba; elle est toujours notre personne de référence. Elle a maintenant deux agences de voyages dont l'une à Grand-Mère ( Agence de voyage La Caravelle ) et l'autre à Trois-Rivières ( Vasco ). Nous lui faisons entièrement confiance, car dès le premier jour, elle ne nous a rien caché. Nous sommes tellement heureux pour elle qu'elle soit maintenant propriétaire de ces deux agences. Elle a travaillé très fort pour y arriver. Merci Doris pour tous ces beaux voyages réservés avec toi.

Partagez votre opinion

Réagissez à cet article

Cuba, mon île de rêve

Laissez ce champ vide, il est là pour prévenir contre les soumissions automatisées en spam.

Voir les politique de commentaires