Par Julie Stanton

Colette

«Ce serait Colette, l’écrivaine qui a nourri de sa magnifique écriture les années les plus difficiles de ma vie. Grâce à cette femme avant-gardiste, autonome, indépendante et pleine d’amour pour la nature, j’ai connu des moments de bonheur intense chaque fois que je lisais Les Vrilles de la Vigne ou l’un ou l’autre de ses Claudine. Encore aujourd’hui, je relis avec plaisir Bella Vista, à chaque retour de l’été, au son des grenouilles qui coassent dans l’étang derrière ma maison. L’amour de Colette pour toutes les petites bêtes qui peuplent la nature m’a réconciliée avec celles-ci, au point où j’ai nommé une araignée de mon plafond «Charlotte»! J’avais alors 17 ans et des poussières...»

Nom: 
Marie Baillargeon, 57 ans. Fleuriste de Québec.