MADA

Granby. En avant tous!

Dans le but d’encourager ses citoyens à bouder l’oisiveté, la ville de Granby, avec les six autres municipalités de la Haute-Yamaska, a lancé en 2013 le projet Aînés actifs. Au programme: des activités physiques offertes gratuitement dans des parcs durant l’été.

«L’objectif est de faire découvrir aux aînés, chaque semaine, des disciplines différentes et adaptées à leurs besoins, comme le yoga doux, le pilates, le tai chi, la Zumba ou des exercices d’étirement et d’équilibre, explique Valérie Brodeur, directrice générale de Vie culturelle et communautaire de Granby. On espère ainsi les inciter à prolonger leurs efforts toute l’année et à s’inscrire à des cours lors des sessions d’automne et d’hiver.» Les premières années, 50 % des participants n’étaient pas du tout actifs avant d’essayer le programme...qui s’est donc révélé un très bon incitatif!

Du sport sur mesure

Pour les Granbyens de 50 ans et plus qui souhaitent bouger sans forcément s’adonner aux sports extrêmes, la formule est gagnante, assure Pascal Bonin, le maire de Granby: «On ne dit pas aux gens: “Voici un cours, suivez-le!” Au contraire, les activités sont conçues en fonction d’eux.» Cette approche a fait de nombreux adeptes, dont Lucie Grégoire, une retraitée de 61 ans qui cherchait une façon de s’exercer avec assurance, sans complexe ni gêne. Très peu pour elle, les séances d’entraînement excessif au gym ou une Zumba très athlétique qu’elle avait expérimentée lors d’un séjour au Mexique! «J’ai d’abord été attirée par les activités proposées dans les parcs parce qu’elles étaient destinées à ma catégorie d’âge. Le fait d’être sur un pied d’égalité avec tout le monde dans le groupe rendait l’expérience moins intimidante. Au cours de l’été, en me familiarisant avec certaines disciplines qui m’étaient jusque-là inconnues, j’ai pu constater que le cardio-tonus me convenait. Je me suis donc inscrite à un cours l’automne venu.» Lucie adore ce programme non seulement pour sa diversité («On nous offre enfin autre chose que du bingo!»), mais aussi parce qu’il lui a permis de gagner en souplesse et de maîtriser désormais son poids. Elle a constaté que son mental ne s’en porte que mieux: «Quand on quitte le marché du travail et qu’on se retrouve seul à la maison, ça fait du bien de sortir et de voir du monde. En participant aux activités, mon conjoint et moi avons eu l’occasion de rencontrer d’autres gens de notre âge. Ensemble, on a formé un beau groupe et on est toujours heureux de se revoir.»

Des os et des liens plus solides

Le plus jeune maire de l’histoire de Granby, qui se dit très proche de ses concitoyens plus âgés, est chaque jour impressionné par la générosité de ces derniers et leur désir d’être impliqués dans leur communauté. «On a pas moins de 10 000 bénévoles sur le territoire de Granby, dont bon nombre sont des personnes du troisième âge. C’est grâce à elles qu’on peut profiter de certains événements, comme le Festival de la chanson et le tournoi de tennis Challenger. En demeurant alertes et actives, elles parviennent à transmettre aux plus jeunes des valeurs et des compétences inégalables. Ce partage intergénérationnelfait évoluer notre communauté plus rapidement.» À titre de ville certifiée MADA pour sa culture d’inclusion sociale des aînés, Granby innove sans casse. «Il faut oser les surprendre, affirme Pascal Bonin. Ils font preuve d’une très grande ouverture d’esprit.» Parmi les autres bons coups de la municipalité, on notele chapiteau du parc Miner, en plein centre-ville, où se dérouleront des activités comme de la danse en ligne, ainsi que les concerts de musique classique gratuits présentés au parc Victoria.

Le quatrième âge aussi!

L’an dernier, Granby a ajouté à son programme Aînés actifs un volet s’adressant particulièrement aux personnes du quatrième âge, ainsi qu’à celles ayant un handicap ou un problème de santé mentale. «En collaboration avec des organismes qui les représentent, on leur fait découvrir chaque semaine des activités adaptées à leur réalité et ce, durant toute l’année», explique Valérie Brodeur. Foi de Fleurette, la dynamique maman nonagénaire de Lucie, qui figure parmi les participants à de ces activités, l’expérience est fort enrichissante: «Si je n’avais qu’un seul message à transmettre aux “jeunes” du troisième âge, ce serait de ne jamais cesser de bouger. On me dit chanceuse de ne pas être malade et d’être encore capable de marcher. Je réponds toujours que oui, j’ai de la chance, mais il faut aussi y mettre des efforts. C’est la clé pour vieillir en santé et en beauté!»

Info et horaires: on surveille les babillards du CLSC ou du centre d’hébergement, ainsi que les journaux locaux et le site ville.granby.qc.ca

1

Commentaires

Aînés actifs

Bonjour,
J'envie la ville de Granby pour cette activité. Je souhaiterais avoir le loisir de faire la même chose à
Vaudreuil-Dorion!