Votre argent

Impôts 2017: 5 erreurs à éviter

S’occuper de ses impôts n’est jamais la tâche la plus invitante de l’année. À s’en débarrasser trop à la hâte, on risque toutefois de négliger des détails passibles de réduire sa facture fiscale.

iStock

Voici cinq erreurs courantes qui empêchent souvent d’optimiser ses déclarations de revenus ou, pire, qui pourraient vous rattraper plus tard.

1) Payer la prime de la RAMQ pour une personne en CHSLD.

Une personne séjournant en CHSLD ne doit pas payer la prime de la RAMQ dans sa déclaration de revenus du Québec. Une seule journée dans un CHSLD permet d’exonérer la prime pour le mois complet suivant ce séjour.

2) Ne pas déclarer la vente de sa résidence principale.

Depuis le 3 octobre 2016, vous devez obligatoirement informer le fisc de la vente de votre résidence personnelle. Même si le gain en capital est totalement exonéré, vous êtes tenu de remplir les formulaires de désignation de résidence principale requis auprès des autorités fiscales: TP-274 au Québec et T2091(IND) au fédéral. Vous devez également cocher la case qui s’applique à votre désignation à la page 2 de l’annexe 3. Dans le cas contraire, des pénalités pouvant atteindre 8 000 $ peuvent s’appliquer. Tout nouveau cette année, en plus du formulaire TP-274, vous devez faire parvenir à Revenu Québec votre déclaration d’impôts fédérale et la copie de tout document transmis à l’Agence du revenu du Canada (ARC) concernant votre choix de résidence, à commencer par le formulaire T2091(IND) et ce, dans les délais prescrits.

3) Réclamer des intérêts d’emprunts hypothécaires payés sur vos immeubles locatifs, alors que les fonds ont servi à d’autres fins.

Il n’est pas rare qu’un propriétaire d’immeubles locatifs (duplex et autres) utilise sa marge hypothécaire pour rembourser d’autres dettes ou pour se procurer un bien à usage personnel. Si les fonds n’ont pas servi au financement ou à l’entretien de l’immeuble locatif, vous ne pouvez pas en déduire les intérêts payés sur votre prêt ou marge hypothécaire. 

4) Ne pas réclamer les frais de déplacement pour des traitements médicaux non dispensés dans votre région.

Vous avez engagé des frais de déplacement pour recevoir des soins de santé hors de votre région? Il est possible de les réclamer, à titre de frais médicaux, si vous avez dû parcourir au moins 40 km (aller simple) pour être soigné. Il est permis d’utiliser la méthode simplifiée (0,505 $/km) ou la méthode détaillée avec vos coûts réels appuyés de vos factures. Si la distance d’un aller simple est d’au moins 80 km, les frais d’hébergement, de repas (17 $/repas) et de stationnement peuvent aussi être réclamés.

5) Ne pas réclamer les frais de déménagement liés à un changement d’emploi.

Pour réclamer des frais de déménagement, votre nouvelle résidence doit impérativement vous rapprocher d'au moins 40 km de votre nouveau lieu de travail. Travailleur autonome, vous êtes aussi admissible à cette déduction qui peut s’avérer très payante, surtout si vous avez dû verser d’importantes commissions à la vente de votre maison ou des frais connexes (comme des droits de mutation ou des frais juridiques à la vente ou à l’achat d’une demeure). Ces frais sont déductibles seulement si vous étiez propriétaire de l'ancienne résidence et l'avez vendue. Les frais de transport, d’entreposage, de déplacements et de subsistance peuvent aussi être réclamés. Consultez les formulaires T1-M au fédéral et TP-348 au provincial pour en savoir davantage.

C’est donc payant d’être bien informé! N’hésitez pas à consulter un professionnel pour ne rien oublier.

Partagez votre opinion

Réagissez à cet article

Impôts 2017: 5 erreurs à éviter

Laissez ce champ vide, il est là pour prévenir contre les soumissions automatisées en spam.

Voir les politique de commentaires