Pages :

Votre argent

Aider ses enfants grâce aux REEE

Vous avez pensé aux REEE pour venir en aide à vos enfants et petits-enfants?

iStockphoto.com

Les Dubé forment une famille tricotée serré. Louise et Charles, jeunes retraités de 60 et de 61 ans, ont deux enfants, Julie, 34 ans, et Sébastien, 35 ans, qui ont chacun un enfant. Andréanne, la fille de Julie, a 4 ans, et Pascal, le fils de Sébastien, 6 ans.

Chaque fin de semaine, le groupe se réunit autour d’un bon repas chez Louise et Charles. On discute ferme des sujets de l’heure. Il y a un mois, Sébastien et Julie ont manifesté de l’inquiétude à propos du coût des études qu’ils devront supporter lorsque Pascal et Andréanne iront au cégep et à l’université. Déjà, en 2004-2005, les frais de scolarité universitaires et les droits afférents au Québec s’élevaient à plus de 2 400$ par personne pour une seule année d’études. Et c’est sans compter les livres, le matériel scolaire, le transport, les vêtements…

Le souci de Sébastien et de Julie n’est pas passé inaperçu. «Charles, il faut qu’on aide nos enfants, dit Louise une fois la visite partie. Eux, avec leurs hypothèques et leurs prêts auto, ils ne peuvent pas mettre de l’argent de côté… On devrait ouvrir des régimes enregistrés d’épargne études (REEE) au nom de Pascal et d’Andréanne.»

Le couple Dubé a pris rendez-vous avec le planificateur financier Denis Bellemare, de Desjardins Cabinet de services financiers, à Québec. L’expert a commencé par préparer le bilan du couple et à analyser leurs revenus. L’avoir net du couple, qui a des REER et une maison payée, s’élève à 535 000$. Louise et Charles disposent d’un surplus courant de 4 900$, soit 2 270$ pour elle et 2 630$ pour lui.

Partagez votre opinion

Réagissez à cet article

Aider ses enfants grâce aux REEE

Laissez ce champ vide, il est là pour prévenir contre les soumissions automatisées en spam.

Voir les politique de commentaires